Tête

Publié le par Adora

Tête prise entre mains qui la promènent de haut en bas dans le très haut de la vue - crisse un peu de plastique enfariné, l’une - l’autre doucement glisse sous la dent et berce - nous sommes en novembre et tête frissonne de se savoir juillet - nous sommes en novembre et tête est promenée dans l’air du sol à vitesse de regard - mains lancent tête dans l’air - elle déploie les ailes de ses cils et met à battre l’air yeux fermés - pense aux crevettes, se sentir dans l’eau, pense à pattes long des lignes de sa main, coquillage de son oreille, Visage lancé en l’air - tête au dessus du soir baigne dans rose déposé par lune sur soleil qui s’en va - tête sort bras de ses oreilles, corps de dessous sa langue et souffle jambes par nez - attache tout avec ficelle des cheveux et donne tout au vent pour faire drapeau de soi-même - tête pense eau sous l’eau fait sortir de ses yeux l’eau pour l’eau attache ses ongles au son du soir - son du soir s’étire va s’endormir se frotter tout contre extrémité de chaque branche chaque arbre chaque ciel chaque insecte chaque homme-et-sa-maison le bois des barrières infini d’écailles et la peau de l’herbe infinie d’écailles l’escargot infini d’écailles et son oeil offert à tête tout tendu contre Visage-corps aux mains arrimées au vent - tête saisit - Visage-corps saisit l’oeil minuscule - emporte l’oeil dans le soir - déposé sur le bout de sa langue l’oeil vivant l’oeil toujours vivant encore vivant - toujours - nous sommes en novembre et l’oeil se ferme un peu de vitesse du vent - l’oeil seul - l’oeil bizarre de l’escargot sur sa langue de Visage accroché au vent - se ferme et s’ouvre pleure de vitesse du vent pleure dans la gorge du Visage-volant qui - Visage-volant avale des pleurs d’oeil escargot - salés comme l’eau sous l’eau les crevettes les lignes de la main les lignes de l’oreille - Visage et ses orteils gelés de vitesse du son prend ses dents dans ses mains et coupe son corps coupe ses mains et ensuite ses oreilles - et coupe ses dents et coupe en deux l’oeil et coupe sa langue - avec ses dents - coupe le corps de l’escargot coupe la maison-de-l’homme - coupe ses dents - coupe son menton - coupe ses dents - coupe ses oreilles et ses mains et - coupe ses dents et - coupe ses dents - et - ses ongles - coupe son attache au vent, la tête, coupe, - , - coupe, Visage, le - visage - , - coupe son visage mais - coupe son ongle, l’amarre au vent, l’amarre au vent - la coupe, l’amarre, coupe son ongle et son ongle, coupe son ongle. Le Visage et le sol, l’homme et l’escargot, l’oeil et la vitesse, la maison et les dents. Nous sommes en novembre et le Visage qui s’est laissé tomber a ses dents dans la main. Nous sommes en novembre et dents claquent dans main de Tête. Dans sa main les ciseaux dentus claquent. Ses dents sur le sol, ses mains sur le sol, le visage de Tête sur le sol qui se met à creuser doucement, doucement les gencives enfoncent le sol, à la surface les dents, restent à la surface, tombent doucement de main molle qui s’endort, de main molle qui se détache, de Visage qui s’extrait doucement de son corps, Visage qui avec les dents tombées coupe ses cheveux, l’attache au corps, les jambes sorties du nez, le corps de dessous la langue, les bras de l’intérieur des oreilles, coupe les petites ficelles et Tête seule, Tête toute seule, sans son corps de Tête, son escargot de Tête, son eau, sa vue immense, Tête doucement creuse le sol, s’enfonce, enfonce, doucement ses gencives sans dents, doucement ses lèvres, doucement sa langue dans la Terre de sol, pénètre doucement - elle ouvre les yeux sous l’eau, elle ouvre la bouche sous - sous Terre - et grignote le chemin, la galerie, la maison, avec ses oreilles avance - de petites nageoires - son nez une petite proue, le Visage et Visage, Tête dans sa Terre pense eau sous l’eau fait sortir de ses yeux l’eau pour l’eau attache ses ongles au son du soir.

Commenter cet article