Article sans titre

Publié le par Adora

la grande prend la petite dans

sa bouche

la larve avale la larve

en forme de larve

glissent dans sa gorge

de mise en spectacle

les petites pattes

du scarabée enfant

il se loge dans son

terrier nouveau

de fœtus ravalé par

la tête

le monde en milliers

d’éclats

se loge

dans les trous-formés

de son trou-regard

dans ta pupille le monde envoie

son monde

par petites échardes

de petit bois

déchiré

ils hachent ta salive

de tes yeux baveux

qui répandent.

 

 

un pan de monde vif

à surface d’étang

tend au dedans

ses mains pleines d’yeux secs

qui désespèrent du jour

 

 

 

Commenter cet article