Tendre.

Publié le par Adora

caligari.jpg 

Pour que sourie encore une fois Jean-Baptiste

 Sire je danserais mieux que les séraphins

Ma mère dites-moi pourquoi vous êtes triste

En robe de comtesse à côté du Dauphin

 

 

Mon cœur battait battait très fort à sa parole

Quand je dansais dans le fenouil en écoutant

 

 

Ne pleure pas ô joli fou du roi

Prends cette tête au lieu de ta marotte et danse

N'y touchez pas son front ma mère est déjà froid

 

Tes yeux fixés à moi oh petite non je ne suis pas l'astre et son devenir ton souffle transi se meurt tout contre mon épaule - oh trop au-dessus pour que je sente quoi que ce soit. Je me penche et simule - le reflet. J'aurais aimé être ton père et te voilà plongeante toute toute petite tout au fond de moi tes grands yeux larmoyants écarquillés pleins de la tristesse triste d’être tombée trop tôt dans l’amour lent cotonneux des morts passées. Je joue l’idole et tu adores ce qui dégouline des bords poisseux des vanités saupoudrées. Oh, mais pourquoi donc ce faux reflet dans le liquide de tes yeux ? Vois-tu une seule beauté ?

Commenter cet article