Manqués

Publié le par Adora

"la brûlure des cordes et l'odeur de peau blanche..."

 

Dès lors les restes de l'été dans mon assiette refroidis ma peau viande froide les cheveux secs - dans les doigts.

 

Dès lors le rayon rêche la toile sèche et la pommade - brûlure des cordes corps brûlé sème ton huile et à voix haute

 

Les vacances aux genoux au-dessous du soleil entre quatre ficelles de fer tirer au loin les cordes qui pendaient de tes yeux pour voir au loin se tendre le mal aux yeux - tendu par les yeux les genoux (aux vacances) yeux tirés en avant les cordes tendues tu traînes et les arraches toi-même - tes yeux.

 

Les tiges et le vivant sous les

ceux-ci qui se dotent de regard et de mort au choix au à les toucher au avoir peur de les toucher les petits animaux du jardin mettre dans sa main les pattes le vivant - des petites cordes - la distance et la taille du jardin - ces tiges et ma place dans le soleil

 

En attendant de les montrer ces le les bocal et les insectes mis dedans en attendant de te les montrer tous et les proies du jardin qui nous font pleurer de tristesse - et si peur de le - en attendant de te montrer l'insecte je l'ai mis sur le rebord de la fenêtre et le bocal le bocal qui sans toi un bocal qui sans ton regard est si mort, si mort, sur le rebord pour voir dehors pour voir les herbes et la tristesse petits coups de doigts et je les ai cognés contre la terre

 

avec la terre j'ai tué les insectes je n'ai pas pris le bocal avec moi j'ai perdu mes perles dans le jardin j'ai frappé les insectes contre la terre du deuxième étage le bocal et hideux du jus des insectes ne sera pas lavé je l'ai haï ce bocal - les souvenirs que je ne raconterai pas les souvenirs que nous n'avons pas vécu les souvenirs que j'ai tués recouverts d'insectes et semés dans l'herbe 

 

de là-haut le guet veille avec méchanceté sur les herbes et tiges et lance des cailloux sur les cailloux et lance des cailloux sur les bocaux et met le verre souillé dans l'herbe et te cache tes chaussures 

 

ces bocaux et bocaux que tu n'as pas regardé et les insectes qui sont morts pour te faire le spectacle ils ne supportent pas les répétitions perdent leurs ailes et leurs pattes et nous préparions le spectacle qui a attendu dans l'été

 

maintenant la balançoire balance involontairement les cordes brunes qui dans le vent se meuvent toutes seules et il n'y a personne dessus parce que l'été est vide et les insectes sont morts de se préparer à faire salle vide et le bocal n'est pas vide parce qu'il est cassé et que 

 

tu as fini par venir dans la maison mais si tard l'été était un été d'après et le guet douloureux qui t'avait caché tes chaussures t'a fait marcher dans l'herbes et les tiges pieds nus et rencontrer le verre

 

et tu as marché dessus 

 

et tu as emporté en toi le boc

 

et tu as emporté le bocal avec toi

 

du spectacle tiens, je t'ai donné la douleur.

 

 

 

Commenter cet article