Je crois que c'est un Français.

Publié le par Adora

Juché sur

les animaux grandioses 

[ leur ] regard se teinte

d'une fierté claire

l'insolence douce de la puissance figurée.

[ Il ] regardent les

"jeunes filles dans

le fossé" ou : "sur le bord

du chemin" qui retournent

l'insolence par la joie.

 

 

 

 

 

Ils se sont tous

rendus au lieu fécond

des merveilles sans cesse

renouvelées. L'heure de

fermeture n'a plus rien

d'effectif lorsqu'il fait

grève. Dieu sur son banc

sous forme d'ange jeune

leur souriait. Seule la

 quatrième affiche en partant

du bas indique les raisons.

L'ange souriant de la

forme de Dieu a un téton

peint en rouge.

 

 

 

 

 

Celui que lui ont fait

les visions de l'esprit des

autres. D'avoir vu la

frustration et l'urgence comme

un petit farfadet grimper le

long des côtes - une petite

échelle faite d'os - un seau

de peinture rouge accroché

sur le dos pour aller peindre

l'un des tétons.

Avec ses yeux l'ange jeune

transperce son reflet - les

beautés - une joie hystérique,

les pieds ne touchant plus

le sol de se démener en l'air -

 

 

 

 

 

les beautés regardées depuis leur

reflet sont modelables à

volonté, se dit l'ange jeune.

[ Ils ] parlait, seul, du malaise

ressenti à la vue (des visions)

des esprits qui ont un téton recouvert de peinture qui

se dilue dans la bouche de

ceux qui y mettent les doigts.

Oh. Il parlait trop.

[ Ils ].

 

L'ange jeune s'était choisi des

yeux garçon, couleur viril.

Ses colères-foudre, de faire dans les

nuages des claquettes sur les têtes

 

 

 

 

 

humaines.

Cet ange-là (était charmant et)

aimait se perdre en lui-même.

Il n'aimait pas les glaces

trop réfléchissantes. 

[ Ils ] reconnaissait tous les

autres anges mais ces derniers

ne lui souriaient pas car il

avait les yeux trop virils.

L'ange avait froid. Il ne

voulait pas d'une glace trop

rafraîchissante.

Il aimait qu'on l'abuse.

Mais on n'abuse pas les anges.

Pourtant il avait les yeux virils.

Mais les yeux virils sont garantie

 

 

 

 

 

contre l'abus.

Un vrai garçon passe avec une lotion éclaircissante des

parties génitales féminines.

C'est à n'y rien comprendre, se dit l'ange qui est un peu

jeune.

Un Indien aux grands yeux

enserre l'ange des bras qui

sortent de son regard.

C'est lui le réceptacle.

C'est à n'y rien comprendre,

se dit l'ange qui est un peu jeune.

Alors il prend ses maracas et 

cesse de toucher le sol.

Il prend sa canne et ...

    (fougères)

 

Commenter cet article