Angoisse (eve white/eve black)

Publié le par Adora

 

Ce n'est pas si grave.

Affine et do-du se tiennent par la main à briser la pierre.

 

 

Affine tremblote et do-du bafouille. Nous sommes en l'an deux-mille lorsque les chaussettes se détachent des mollets et glissouillent.

 

 

Nous sommes face ou contre la porte de pierre et le mur las, qui a un peu froid. Affine découpe la lumière avec la forme de ses genoux. Do-du déchire la vue avec le trou dans son ventre. 

 

Ils restent bien droits et secouent leurs épaules. On dirait des demeurés apeurés. Il bavouille, do-du, elle a les cheveux plus emmêlés que le vent, Affine. 

 

 

Elle crie "fils de pute" et il se met à vomir. Il hurle un hurlement bizarre et elle arrache ses cheveux.

 

Elle enfonce ses doigts droits dans les orbites de do-du et il dit "aïe". Et il vomit.

Et elle rigole. On dirait une fille-folle. 

 

Mais le coup de vent du monde revient-s'abat. Ils arrêtent leur Sabbat et on se rend compte que rien n'est arrivé. Qu'on a tout rêvé dans le moment d'angoisse des chiens. Elle crie fils de pute à l'intérieur de notre oreille sans bouger les dents

il a vomi dans notre cerveau sans ouvrir les dents

- tu claques des dents.

Commenter cet article